fbpx
Savez-vous ce qu’est une cloque vaginale ? Si vous êtes une femme, vous devez absolument savoir de quoi il s’agit… | 18 janvier 2021
Annonce:

 

Les informations délivrées dans cet article sont fournies uniquement à titre informatif et ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis, diagnostic ou traitement médical.

Cloques, rougeurs, inflammation des parties génitales, boutons, démangeaisons… ? Tout cela n’a rien d’agréable. Mais, ce qu’il faut savoir tout d’abord, c’est que toutes les femmes (ainsi que les hommes) peuvent en être victime à moment donné, ne serait-ce qu’une fois au cours de leur vie.

En France, la cloque vaginale ou encore l’Herpès génital touche deux personnes sur dix. Cette maladie peut causer des infections sur les parties intimes ; vulve, anus, bas des fesses, entrejambe… Les symptômes apparaissent souvent chez les femmes et les hommes âgés entre 25 et 35 ans.

Découvrez ci-dessous quels sont les symptômes de cette malade, comment se développe-t-elle, par quel moyen peut-on la traiter et quels sont les différents moyens de préventions et de précautions ?

 

Quels sont les symptômes des cloques vaginales?

Généralement, c’est une grappe de cloques claires ou rouges remplies de liquide, comme une bulle de gel (souvent de forme circulaire), qui se situent sur ou près des organes génitaux, sur les cuisses ou sur les fesses.

Qu’arrive-t-il ensuite ?

Ces vésicules (cloques) groupées en « bouquet » éclatent ensuite laissant échapper le liquide qu’elles contenaient à l’intérieur et se transforment en une sorte de petites lésions (ulcères) douloureuses pouvant être très contagieuses.

Comment les traiter ?

Dès l’apparition des premiers symptômes, il faut absolument consulter un professionnel de la santé qui peut vous prescrire des médicaments pouvant réduire la durée et la fréquence de l’apparition des cloques et limiter la transmission de l’infection.

Comment prévenir les cloques vaginales ?

Dans le but de prévenir les récidives, il faut absolument prendre certaines précautions essentielles à savoir porter des sous-vêtements en coton, éviter de porter des pantalons serrés, réduire les douches vaginales qui déséquilibrent la flore normalement présente, se nettoyer en profondeur avec un bain de siège (une cuillère à soupe de bicarbonate de sodium pour un litre d’eau, froide ou tiède – À réaliser deux fois par jour), s’essuyer surtout d’avant en arrière et en cas de toilette intime, utiliser exclusivement un savon alcalin.

Annonce:
Annonce:
Fermer